Goodies Batterie Percussions telechargement loops batterie percussions partitions
batteur percu live
freelance drummer
Batteur percussionniste
batteur percussionniste live
batteur percussionniste studio
pedagogie batterie cours de Batterie
BATTEUR percussionniste
Batteur percussionniste
batteur percussionniste live
blog batteur percussionniste

Episode 2 : Yé Yé, Yo Yo, Sean Paul

P1030773petit

Ce vendredi 18 décembre, l’artiste jamaïcain Sean Paul était en concert au stade Modibo Keita de BamaKO. Cet événement est déjà exceptionnel: le chanteur ne se rend pas souvent en Afrique et venait au Mali pour la première fois. Mais quand même, de la à s’imaginer qu’il viendrait à Siby……………..

L’histoire est simple, Il doit avoir des sous à dé-fiscaliser, du coup il a choisi de soutenir la commune (c’est fou le nombre de personnes qui gravitent autour de ce bled). Du coup, réception en grande pompe (à l’échelle de Siby) en compagnie de la femme du présidant, pour être nommé citoyen d’honneur.

Le maire est là, les chasseurs, les musiciens, les enfants, les vieux et Fabrice et David pour immortaliser ce grand moment de surréalisme brut.

Tout se passe comme il se doit (ils ont failli oublier de saluer les chasseurs, il a fallu faire marche arrière avec le bus pour éviter l’outrage, non mais oh, sans déconner), poignées de main, pas de danse et hop on remet Sean Paul et ces 25 copains copines dans le bus 4X4 climatisé direction BKO.

Bien qu’on est pas pu avoir ne serait-ce qu’une toute petite place pour le show (merci la mairie), on se pointe le soir, au stade,  avec David et Cécile.

Bien plus de monde que la première fois que je suis venu (voir  épisode un), des milliers de Djakarta garées en rang d’oignon, des vendeurs de billets dans tous les sens et en guise de sécurité, des hordes de CRS en armures et matraques.

On paye les billets moitié prix (2500 XFA, un peu plus  de 3 €) et on rentre dans l’enceinte. Là, surprise, pour pénétrer sur la pelouse(on aurait dû choisir gradin), le portail est fermé et il n’y a qu’une petite porte ouverte gardée par une dizaine de cow-boy en costume carbone.  Du coup, y a à peu près deux heures d’attente incompréhensible sous forme d’une file de soixante mètre qui avance selon un mécanisme très aléatoire. Un des cops nous refoule et nous dit de nous mettre au fond, il marche quelques mètre avec nous et nous explique que pour 5000 il peut nous faire rentrer tout de suite.  on lui propose 500, il nous propose d’aller nous rouler et on reste là au milieu comme trois cons.

Au final, on a repére un gars qui négocie pour tout un groupe en parallèle de la file, on s’incruste et on passe comme ça dans une grande bousculade en grugeant tout le monde comme des bons français. Note pour l’avenir: ne pas oublier d’être blanc dans ce genre de situation, sinon on aurait ramassé bien comme y faut.

On arrive sur le terrain, on avance vers la scène à l’autre bout. On est arrêté dix mètres avant la régie par un cordon qui nous sépare des places à 10000 (mais y faut donner 20000 de plus au flic y parait).

On écoute tranquille, le son est pourri, mais vraiment. Tout le monde joue sur scène mais j’ai la sensation que tout est séquencé. Je distingue la grosse caisse et la basse comme une montagne, mais c’est tout. Le lead est très très loin, je comprend pas un mot, même sur les refrains que je connais (j’ai mis deux minutes à reconnaître Get Busy). Pour tout vous dire, le son est pire qu’au Phare………….

Malgrès ça, l’ambiance est chaude, ça bouge et ça chante dans une langue qui se veut être de l’Anglais je crois. David se fait gentiment engueuler par une go parce qu’il bouge pas et que c’est pas bien, qu’il faut bouger, qu’il a la paresse, etc……. Bon enfant quoi

Quand soudain, ça part en vrille, ça court dans tout les sens, je perds David et Cécile quelques secondes le temps que tout le monde se calme. Cécile qui a tout vu m’explique que deux flics sont arrivés, ont sorti les matraques et arrosé le secteur à bras raccourcis histoire de rappeler à tous le mode d’emploi du cordon de sécurité. Sympa.

On recule un peu, on reste sur le qui-vive. D’après ce qu’on comprend, ça pousse devant, du coup les flics s’en donnent à coeur joie. Sean Paul fait des pauses pour calmer le jeu:  « arrêtez de pousser, arrêtez de taper ». Le message passe en français, en Bambara, sans succès. Matraque contre chaises en plastique ça part au mouvement de foule. Petit sprint jusqu’au fond du stade, on se retourne, ça continue à voler à soixante mètre de nous.  On décide de tracer avant que ça craigne vraiment (c’est la même porte que pour rentrer, donc re-bousculade). Au loin le concert fini en eau de boudin, Sean Paul est tout déçu le pauvre, il doit pas en faire tout les jours des gigs comme ça!!!!!

On s’éloigne doucement du stade au milieu d’une nuée de piétons, motos et voitures. On fini par trouver un taxi qui nous mène vers la suite de notre soirée.

Et oui, BKO c’est chaud!!!!!

Woman Get busy, Just shake that booty non-stop

When the beat drops

Just keep swinging it

Get jiggy

Get crunked up

Percolate anything you want to call it

Oscillate you hip and don’t take pity

Me want fi see you get live ‘pon the riddim when me ride

And me lyrics a provide electricity

Gal nobody can tell you nuttin’

Can you done know your destiny

2.000000e+0 Commentaires

  • 23 décembre 2009 | Permalink |

    C juste énorme! Seana Paul dans la place (souvenirs)
    A fond dans la Clio direction St Genies…

    Shake that thing miss Dona Dona
    Shake that thing miss Joana
    Shake that thing miss Jodie and Rebecca

  • 19 octobre 2010 | Permalink |

    watch satellite tv on pc
    great blog , how are you doing now eeh?

Postez un commentaire

Ajoutez votre commentaire. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via le flux RSS.

Votre e-mail ne sera jamais diffusé. Les champs indispensables sont marqués *